La fermeture ou la réduction des services de l'Hôtel-Dieu, un hôpital à Paris, n'est pas sans rappeler la vague de fermetures d'hôpitaux qui ont lieu aux États-Unis. À New York City seul, 11 hôpitaux ont fermé au cours des dernières années.

Les défenseurs de la santé publique attendent de voir le résultat de l'élection du maire de Paris, de voir ce que le prochain maire fera. En ce qui concerne l'Hôtel-Dieu, après quelque résistance, la vente d'un complexe médical n'est plus à l'ordre du jour (pour l'instant). Cette type de lâcheté politique à l'américaine est la dernière chose que je n'avais jamais pensé que je verrais arriver dans le système de santé français. Quand il n'y a pas de soutien politique pour la santé publique, les services publics essentiels seront coupés par le gouvernement pour ses programmes d'austérité.

REGARDEZ AUSSI : Hôtel-Dieu ou le risque d'un désert médical au cœur de Paris (Mediapart)